chronique littéraire

Le Pays sans Adultes – Ondine Khayat

Aujourd’hui je vous retrouve avec une nouvelle chronique littéraire, sur le fabuleux livre de Ondine Khayat : Le pays sans Adultes.

“J’ai onze ans, et je vis dans une famille complètement tordue. Heureusement qu’il y a mon frère Maxence. Lui, c’est mon manuel de savoir-survivre. Le soir, on ferme nos oreilles à double tour, pour ne plus entendre les cris de nos parents qui se disputent.
Croyez-moi sur parole, la vie, c’est pas pour les enfants.
Maxence a préféré partir au Pays sans Adultes. Moi, j’ai voulu le rejoindre, mais je me suis trompé de chemin. Avec mes nouveaux amis, Valentine et Hugo, on a beaucoup discuté et on s’est fait une promesse : quand on sera grands, on prendra tous les enfants malheureux dans nos filets, et on ne les relâchera que quand ils sauront vraiment nager. Promis, juré.”

Même si ce livre est différent, si l’histoire “Une petite fête sur la planète” de Corinne Roche vous a plu (j’en ai fait une chronique littéraire juste ici, clique !), alors vous allez sûrement adorer ce bouquin ! 

Mais, attention ! Ce livre a la capacité de faire pleurer les âmes sensibles. Je suis une âme sensible.

Les Démons, ils vivent dans la vraie vie, sans que personne leur demande quoi que c soit. Les Démons, ils ont le droit d’acheter de l’alcool et de taper leurs enfants.

Le Pays sans Adultes – Ondine Khayat

C’est l’histoire d’un jeune garçon, Slimane (aimes-tu ce prénom ?) qui vit dans une famille où le père est violent. Il est violent avec sa femme, Slimane et son autre fils. Parce que, oui, Slimane a un frère et heureusement ! Maxence est comme la petite lumière dans la pénombre où vit Slimane. Les deux frères sont très proches et ils sont très soudés. C’est sûr qu’en vivant avec un père violent et une mère très amoureuse, ils grandissent dans des conditions difficiles et ils ont donc besoin d’un peu de réconfort.

On voit aussi les méthodes de chacun pour ne pas se noyer dans le désespoir.

 Maman dit souvent que nettoyer la crasse, ça a quelque chose de reposant. Que ça lui donne l’impression de rendre la vie plus propre.

Le Pays sans Adultes – Ondine Khayat

Malgré tous les efforts qu’ils font pour garder le cap, Maxence décide de partir aux Pays sans Adultes (car vivre en enfer, ce n’est pas facile). Un long voyage ! Plus tard, Slimane décide de le rejoindre, il ne peut plus supporter ces conditions tout seul, il a besoin de son frère. Cependant, il se trompe de chemin

Je souffre tellement que parfois, je n’arrive plus à respirer.

Le Pays sans Adultes – Ondine Khayat

Mais qu’est-ce que le Pays sans Adultes, au juste ? J’aimerai tellement vous le dire… Mais je ne peux pas car je dévoilerai une partie de l’histoire. 

Comme “Une petite fête sur la planète” de Corinne Roche, cette histoire m’a ému au point de verser quelques larmes. C’est une histoire vraiment très touchante. Dès le début, on est attiré par la relation qu’entretiennent Slimane et son frère, on est directement attaché à ses deux personnages. 

Puis, au fil de l’histoire, quand nous rencontrons les nouveaux amis de Slimane, nous nous attachons aussi à eux. 

Ce livre nous permet de voir que beaucoup d’enfants souffrent atrocement sans que nous le sachions forcément. Chaque famille a une histoire, gosse ou pas. Dans ce livre, nous pouvons voir que même si on vit en enfer, nous pouvons connaître le bonheur, une vie normale, même par accident.

– ça sert à quoi de pardonner ?
– ça sert à ne plus avoir de haine.

Le Pays sans Adultes – Ondine Khayat

Je recommande fortement ce livre ! Si vous l’avez lu ou que vous décidez de le lire, faîtes le moi savoir ! J’aimerai bien en discuter avec vous !

D’ailleurs, si tu tiens un blog et que tu souhaites rejoindre une communauté de blogueurs et blogueuses, n’hésite pas à rejoindre notre groupe Discord en cliquant ici !

Ou alors clique ici pour avoir plus d’informations !

N’hésite pas non plus à partager cet article aux personnes susceptibles d’être intéressées par ce sujet et à t’abonner à ma Newsletter pour ne louper aucun de mes articles !