chronique littéraire

Une petite fête sur la planète – Corinne Roche

« Élevée à la DASS, Francine, 9 ans, obtient enfin d’être placée dans une famille d’accueil, au bord de la mer, chez des « prolos ». Jo est une ancienne ouvrière qui espère vivre assez vieille pour voir les châteaux de la Loire, et Louis, son mari, un bricolo du dimanche. Au fil des jours, des miracles de tendresse vont se produire entre le couple et cette petite aux blessures secrètes…
Une véritable petite philosophie du bonheur à mettre entre toutes les mains.« 

Type ouvrage : Poche
Nombre de pages : 262
Éditeur : France Loisirs
Collection : Piment
Date de parution : 2004

Ce bouquin est un petit bonheur sur pattes (sans pattes). Cette histoire m’a beaucoup touché. C’est une histoire douce, très touchante où l’on découvre une petite fille de 9 ans, Francine, arrivant dans une nouvelle famille. Au cours de la lecture, nous découvrons la construction de cette famille et l’évolution de leur amour. 

Dans cette petite famille, il y a Jo qui joue le rôle de la mère, Louis qui fait celui du père, M. Pierre qui fera le grand-père et enfin Patricia. Les personnages ont une place importante dans la vie de Francine.

Patricia n’est pas la fille biologique de Louis et Jo, elle est dans le même cas que Francine. Elle est juste arrivée 2 ans avant elle. Patricia joue le rôle de la sœur. C’est Francine qui le lui a demandé :

“Je la supplie en bafouillant de me prendre pour sœur”

Nous suivons donc aussi l’évolution de ces deux filles, Francine et Patricia. Durant l’histoire, nous observons l’évolution de leurs apparences, de leurs corps, de leurs pensées et de leurs maturités. 

« Mon poème se termine en blague, c’est un four complet, c’est la vie, et la vie n’est pas un pique-nique »

Au début de l’histoire, nous pouvons conclure que la petite fille est encore une enfant avec ce qu’elle pense. Puis, quand elle parle de garçons, nous savons qu’elle a grandi, etc.

On découvre aussi les violences et désespoir de leurs passés :

“Ses menaces, sa violence sont comme un saut d’espoir”

Et l’amour que ces deux sœurs ont pour leur nouvelle famille :

“Jo je t’aime comme une mère
Car tes yeux sont de la lumière”.

C’est un roman qui montre que chaque instant est important et que les choses qui nous semblent futiles, peut être un moment de pur bonheur quand on prend la peine de le savourer

Ce livre est simple à lire et l’histoire est intéressante, gorgée de divers sentiments. J’ai beaucoup aimé ce roman !